Pascal Frament

« Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s’accorde à nos désirs »
Pascal Frament citant Jean-Luc Godard, lui-même citant André Bazin

Projection du 4 mai au 4 Juin 2011

Au commencement il y a une onde colorée qui traverse l’espace jusqu’à ce qu’elle vienne soudain rencontrer la rétine. Puis l’image au fond de l’œil est emportée vers la conscience. Les couleurs deviennent régions, les contrastes contours, l’objet apparaît. Avec lui vient le sens. Voici le monde tel que nous y sommes, tel que nous y « baignons ». Mais que l’observation se prolonge, aille jusqu’à l’excès, et le motif se dissout en grandes flaques de couleurs.

L’installation présentée à la Galerie NMariño marque un contrepoint, où alternent mouvement et narration, peinture et vidéo, contemplation et silence. Elle se place à la frontière de deux instants, cette limite même où le sens émerge de l’image avant de retomber comme englouti par la couleur seule.

Pascal Frament est né en 1968. Il vit et travaille à Paris.
Diplômé des Beaux Arts de Lyon, il est connu pour des vidéos et ses installations qui brouillent nos repères psycho sensoriels. Des titres aussi intrigants que Nue Conscience, Ceux qui sont là, In absentia, Sur le sable ou encore Ici-même et Vidéothérapies, donnent le ton de la portée à la fois sensitive et réflective de ses vidéos installations. A la galerie NMariño il questionne l’impact de l’image et de la couleur, à travers son déplacement, sa temporalité et sa persistance, sur le spectateur.

Lien vers la page de l’artiste