Martha Boto

panoramique-boto

Exposition du 10 octobre au samedi 23 novembre 2013

Martha Boto fut de ces artistes qui contribuèrent largement à l’essor et à la reconnaissance de l’art cinétique en tant que courant artistique majeur du XXe siècle.

Arrivée à Paris en 1959, avec son compagnon de vie Gregorio Vardanega, elle participa aux débats et aux plus grandes expositions consacrées à cette nouvelle mouvance. Boto fut portée au devant de la scène par l’engouement générale de cette décennie pour le cinétisme et fut elle-même un élément moteur de cette tendance. Elle élabora des œuvres tridimensionnelles sous forme de mobiles lumineux, combinant lumière artificielle et mouvement réel. Novice dans le domaine, mais travaillant sans relâche et faisant preuve de créativité, elle s’illustra par une œuvre très originale, empreinte d’une grande sensibilité.

Martha Boto fut reconnue, et largement saluée tout au long des années soixante, pour ses fameuses boîtes lumino-cinétiques, caractérisées par des mouvements lumineux programmés. Leurs mutations imprévisibles et surtout leur délicate polychromie leur valurent d’être qualifiées d’œuvres « chromocinétiques ».

La richesse et la particularité de l’œuvre de Martha Boto résulte de la capacité que développa l’artiste à maîtriser des systèmes complexes et des matières difficiles. Les différentes variations lumineuses qu’elle parvint à donner à chacune de ses sculptures découlèrent d’une recherche continuelle sur la potentialité des matériaux modernes combinée à un agencement savant de ces derniers A un travail obstiné et à une audace innée, vinrent s’ajouter une grande sensibilité et une imagination sans limite, qui assurent à Martha Boto une place significative dans le milieu de l’art cinétique et à laquelle la Galerie NMarino rend aujourd’hui hommage.

A.P.

Lien vers la page de l’artiste